Psychogénéalogie
228
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-228,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Psychogénéalogie

LA PSYCHOGÉNÉALOGIE

Est une approche de la psychologie et de la psychothérapie développée dans les années 1970 par Anne Ancelin Schützenberger selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par les ascendants d’un sujet conditionnent certains troubles psychologiques et comportements ainsi que certaines maladies. Pour élaborer cette théorie, Anne Ancelin Schützenberger s’est fondée sur ses propres observations, et sur des concepts issus de la psychanalyse et de la systémique.

Un travail analytique utilisant la psychogénéalogie nécessite au préalable la construction d’un arbre généalogique familial sur plusieurs générations. Je vous propose de vous accompagner dans vos recherches, puis à sa construction (logiciel spécifique), et pour finir, à son analyse.

Anne Ancelin Schützenberger

C’est à cette psychologue française que nous devons les recherches les plus significatives sur le sujet. Ses travaux avec le psychosociologue Jacob Levy Moreno aux USA, sa découverte du génosociogramme alliée à sa formation psychanalytique, lui permirent les découvertes qu’elle partage dans son livre « Aïe, mes aïeux! », livre qui permit de mettre l’approche du transgénérationnel accessible au grand public.

Le principal concept mis en avant est celui de syndrome d’anniversaire. Cette théorie est basée sur la supposition que nous sommes, psychologiquement, la résultante de notre histoire familiale, sur plusieurs générations. Les faits marquants, surtout souffrants et dénotant des conflits non résolus faisant partie de la vie de nos ancêtres, ainsi que les non-dits et secrets de famille, rejaillissent ou se répètent sur plusieurs décennies.

Une analyse des arbres généalogiques, ou de toute autre archive familiale, permet de détecter des transmissions comportementales (tendances dépressives, suicidaires, échecs à répétitions…) et permet ainsi aux analysants en cours de thérapie de mieux comprendre certains de leurs agissements propres, et les agissements de leurs parents.

La connaissance par l’analysant de sa propre histoire familiale permet à celui-ci d’avoir un outil qui peut infléchir le cours de sa vie en évitant de tomber dans des boucles de répétition dont il n’avait pas conscience ou dont il avait l’impression d’être prisonnier.

Le génogramme ou génosociogramme est essentiellement la représentation graphique schématique d’une famille, rassemblant sur un même schéma les membres de celle-ci (sur plusieurs générations, arbre généalogique), les liens qui les unissent, et les informations biomédicales et psychosociales qui s’y rattachent. Le génosociogramme reprend les faits marquants de l’histoire de la famille et des individus, les événements de vie importants, il met en évidence les liens affectifs.

L’hypothèse de la transmission psychique entre les générations suscite des réflexions depuis longtemps, et les tenants de plusieurs écoles de pensée, notamment psychanalytique et systémique se sont penchés sur cette question.

Informations

Consultation

Quelle ville habitez-vous ? Saint Symphorien d’Ozon, Corbas, Vienne, Mions, Ternay